Traduction letton | Traducteur letton | Agence de traduction letton | Allemand-letton | Letton-allemand

Traductions vers et à partir du letton par des traducteurs spécialisés dont le letton est la langue de travail (traducteurs de langue maternelle)

Notre qualité – Votre garantie

Dès la réception de la commande et jusqu’à la livraison, notre agence de traduction travaille avec son propre logiciel de gestion de projets qui s’appuie sur les normes ISO 9002, DIN 2345 et EUATC, la norme de l'association européenne des fournisseurs de services linguistiques.

Les processus de traduction sont effectués conformément à la norme EN 15038, ce qui permet de garantir le respect de la forme et l’intégralité de la traduction.

Nos traducteurs professionnels dont le letton est la langue de travail traduisent tous les contenus dans la langue correspondante tout en restituant fidèlement le message initial. De plus, ils adaptent avec précision les traductions au groupe cible correspondant et veillent à préserver le style et la sonorité du texte source.

Le recours à la technique moderne permet par ailleurs de réutiliser des phrases déjà validées et de contrôler l’homogénéité de la traduction de vos termes techniques. Ceci permet de garantir un style cohérent pour toutes vos traductions vers et à partir du letton. Votre terminologie, vos remarques et vos corrections sont saisies par nos traducteurs dans des bases de données et prises en compte lors de tous les travaux en cours.

Nos domaines de spécialité : informatique, économie, droit, technologies de l’information, secteur bancaire, bâtiment, architecture, chimie, biochimie, médecine, pharmacie, marketing, communication, publicité. Assurance qualité comprise.

ConText®
Hindenburgstraße 10
55118 Mainz
Allemagne

Téléphone : +49 (6131) 55 434-0
Fax : +49 (6131) 55 434-20
E-mail : welcome(at)context-friends.de

Le letton – Particularités et diffusion

Le letton fait partie du groupe oriental des langues baltiques au sein de la famille des langues indo-européennes. Dans sa structure actuelle, le letton est plus jeune que le lituanien apparenté et voisin. On retrouve notamment des traits archaïques dans les dainas lettons où on peut constater des ressemblances avec le latin, le grec et le sanskrit. Le vocabulaire contient aussi de nombreux emprunts à l’allemand, au suédois, au russe, et récemment à l’anglais. L’adhésion de la Lettonie à l’Union européenne et la traduction de textes législatifs complexes ont mis à jour des lacunes terminologiques. L’agence de traduction publique contrôle les nouveaux termes et en crée elle-même.

Le letton s’écrit avec l’alphabet latin. La première grammaire du letton (Manuductio ad linguam lettonicam facilis) a été publiée en 1644 par l’Allemand Johann Georg Rehehusen. À l’origine, l’orthographe employée s’inspirait du bas allemand. Au début du XXe siècle cependant, un système d’écriture presque phonologique est mis en place dans le cadre d’une réforme radicale de l’orthographe. Celui-ci utilise quelques signes diacritiques, notamment le diacritique suscrit indiquant une voyelle longue et la virgule sous une consonne pour indiquer la palatalisation.

Le letton est une langue dite flexionnelle. Il utilise des terminaisons flexionnelles (et renonce donc aux articles). En letton, une terminaison déclinable est généralement aussi attribuée aux noms propres étrangers.

Le letton acquiert pour la première fois le statut de langue nationale avec la création du premier État letton en 1918, ce qui donnera lieu à une vaste standardisation du letton dans le but de créer une langue standard.

Pendant l’appartenance de la Lettonie à l’Union soviétique, on assiste à un processus de russification. Moscou favorisant l’immigration massive des Russes, le letton devient presque une langue minoritaire dans la République socialiste soviétique de Lettonie (en 1990, on compte à peine 51 % de lettophones en Lettonie et seulement 30 % à Riga, la capitale). Après 1991, des mesures draconiennes sont instaurées pour inverser au moins en partie la situation, ce qui suscite également la critique de quelques pays occidentaux. En 2006, le letton est de nouveau la langue maternelle de 70 % des habitants de la Lettonie (au total, 88 % de la population maîtrisent le letton) et tous les écoliers doivent apprendre le letton parallèlement à leur langue maternelle. On peut donc s’attendre à ce que le letton retrouve dans quelques dizaines d’années un statut comparable à celui des autres langues nationales en Europe. Depuis le 1er mai 2004, le letton est l’une des langues officielles de l’Union européenne.